ADSL Explications

mercredi 1er juin 2005
par  Daniel
popularité : 50%

Qu’est ce que le DSL ?

Les technologies DSL permettent un accès haut débit sur une ligne
téléphonique classique (une paire de cuivre). Des filtres chez les
clients et dans les répartiteurs séparent les fréquences hautes,
servant au haut débit, des fréquences basses, transportant les
conversations téléphoniques. Le haut débit et la voix utilisent la ligne
sur des bandes de fréquences séparées, permettant ainsi la
cohabitation des deux services simultanément. Un peu comme un
chien qui perçoit les hautes fréquences d’un sifflet à ultrasons alors
que son maître ne les perçoit pas.

Pourquoi X ?

Il existe plusieurs formes de DSL : ADSL, READSL, SDSL,VDSL,
etc. Le X-DSL n’est pas une technologie, mais un nom générique
pour une famille de technologies similaires.

Quelles sont les points importants du DSL ?

La caractéristique la plus souvent mise en avant lorsqu’on évoque
les technologies DSL est le download ou débit descendant. Il s’agit
de la vitesse à laquelle les données sont téléchargées du réseau
vers l’ordinateur du client.
On parle moins souvent de l’upload ou débit ascendant. Il s’agit de
la vitesse à laquelle transitent les données en provenance du client
vers le réseau (et d’autres ordinateurs). Cette donnée est
particulièrement importante pour les échanges peer to peer
concernant par exemple l’envoi de fichiers son ou vidéo. Cette valeur
est aussi cruciale pour les joueurs qui utilisent leur machine en
serveur, car c’est ce paramètre qui limite, en général, le nombre de
participants à un jeu en réseau.
Un autre point important des technologies DSL est leur portée. C’est
en général une limite. C’est la distance maximum en mètres linéaires
de câbles qu’il peut y avoir entre le client et le répartiteur. Les
portées sont principalement dépendantes du diamètre des fils et des
perturbations entre fils d’un même câble.
Pour les joueurs il y a une autre valeur nommée PING, comme dans
ping-pong. C’est le temps que met une information (un paquet de
données) à aller vers une machine avec laquelle on est en
communication et à revenir. Cette valeur est exprimée en ms
(millisecondes) et doit être la plus faible possible (5-150ms). Le ping
des connexions France Télécom est de l’ordre de 60ms.

Qui sont les X-DSL ?

ADSL - Asymetric Digital Suscriber Line
Le débit d’une connexion ADSL est par nature
asymétrique. Le partage de la bande passante
disponible favorise le débit en direction de l’internaute
(download). Ceci permet de surfer plus vite et
d’optimiser les téléchargements.

SDSL - Symetric DSL
Cette technologie DSL offre un partage équitable de la
bande passante entre l’upload et le download. Elle
intéresse plus particulièrement les professionnels.
Cette technologie évolue vers l’utilisation de plusieurs
lignes (paires) en parallèle pour augmenter le débit.

READSL - Reach Extended DSL
C’est une version des technologies ADSL qui renforce
la puissance d’émission sur la partie basse des hautes
fréquences incluant l’upload et une partie du
download. Ceci permet d’améliorer l’émission du
signal et donc d’augmenter de l’ordre de 10% la
portée de l’ADSL. Ce gain paraît faible, mais il a un
énorme impact sur la couverture ADSL nationale,
permettant d’atteindre nombre de clients qui ne
pouvaient disposer de l’ADSL. Un mode auto adaptatif
de l’upload (45-128kbit/s) fiabilise la connexion.

ADSL2+ Cette technologie est aussi une variante de l’ADSL.
Elle permet, en élargissant vers le haut la plage de
fréquences utilisée, d’augmenter significativement le
débit sur une ligne DSL. Des débits de 22 Mbit/s ATM
(18 Mbit/s IP) sont alors possibles. Ces fréquences
sont plus sensibles aux perturbations. Ce qui fait que
quand la portée augmente, les performances
convergent vers celles de l’ADSL.

Tv / ADSL - Télévision sur DSL
Les débits actuels de l’ADSL permettent d’amener
simultanément Internet et une chaîne télé. ADSL2+ et
VDSL permettent de faire de même avec plusieurs
chaînes.

VDSL - Very high bit rate DSL
Cette technologie est, à ce jour, le nec plus ultra des
technologies DSL. Des débits allant jusqu’à 52 Mbit/s
peuvent être atteints sur la paire de cuivre. Plus
encore que l’ADSL2+, le gain en débit du VDSL, dû à
l’usage des hautes fréquences, tend à disparaître avec
la distance. Il devient alors nécessaire de rapprocher
le DSLAM des utilisateurs.

Qu’est ce qu’un DSLAM ?

C’est l’équipement situé dans le répartiteur qui prend
en charge l’accès haut débit du client. Dans un
contexte de remplacement du RTC par la téléphonie
sur IP, les DSLAM pourraient être équipés de cartes
permettant de connecter les téléphones analogiques
des clients au réseau IP.

Que sont la "VoIP" et la téléphonie sur IP ?

VoIP signifie "Voice over Internet Protocol". Cette
technologie permet de traiter la voix comme une autre
donnée. Grâce à elle, il n’est plus nécessaire d’avoir
des réseaux voix et données séparés.
La téléphonie sur IP s’appuie sur la VoIP, mais
intègre des fonctions de type RTC.

Que signifie "Peer to Peer" ?

Il s’agit d’une relation d’égal à égal : de pair à pair.
Dans un modèle habituel, un coté de la relation est
client et l’autre serveur. C’est le cas, par exemple d’un
intranaute (client) visitant un site Internet (serveur).
Dans une relation peer to peer, les deux parties sont à
la fois client et serveur. C’est le cas de deux
internautes échangeant de la musique ou des vidéos.
La symétrie de la relation induit un besoin de symétrie
dans la liaison réseau. L’augmentation de ce type de
trafic génère une demande croissante de bande
passante pour l’upload qui est plus faible que le
download avec l’ADSL.

Quelles Fréquences ?

La ligne téléphonique est composée d’une paire de fils
de cuivre. Entre les équipements du client et le
répartiteur, elle forme un circuit électrique permettant
de véhiculer un signal composé de plusieurs
fréquences. Prenons l’exemple d’une chorale : une
voix grave correspond à des fréquences basses et
une voix aiguë à des fréquences hautes. Un auditeur
perçoit simultanément les deux voix et peux même les
distinguer. C’est la même chose pour les fréquences
d’un signal électrique. C’est la base des technologies
DSL. Les fréquences les plus basses sont utilisées
pour la téléphonie. Ensuite, viennent les fréquences
de l’upload puis celle du download.