Sélection du Transporteur

mercredi 18 janvier 2006
par  Daniel
popularité : 28%

Les Opérateurs de Réseaux Tiers sont là ! Sélection, présélection, dégroupage partiel ou total ; voici l’occasion de faire un tour d’horizon de ce paysage changeant...

Qu’est ce que la sélection du transporteur ?

La sélection du transporteur est la possibilité, pour un client, de choisir entre plusieurs opérateurs au moment de passer un appel. Pour ce faire, il doit disposer d’un contrat avec chacun d’entre eux. Un numéro de téléphone est représenté sous la forme E Z ABPQ MCDU (par exemple 0 1 4444 1234). C’est le "E" qui sert à faire la sélection du transporteur. Il peut prendre deux formes. La première est un simple chiffre de 1 à 9 (8 pour France Télécom, 7 pour Cegetel ou 9 pour Neuf Telecom). La seconde est un préfixe de la forme "16xx". L’opération de sélection du transporteur est réalisée au niveau du Réseau Téléphonique Commuté par les commutateurs : c’est une interconnexion de réseaux. Les coûts de traversée de réseaux donnent lieu à des facturations entre opérateurs.

Qu’est ce que la présélection du transporteur ?

La présélection du transporteur est la possibilité, pour un client, de choisir entre plusieurs opérateurs celui qui acheminera par défaut ses communications. En composant le préfixe « 0 », le client utilise le transporteur qu’il a choisi et pourra toujours pour un appel donné requérir à la sélection du transporteur.

Qu’est ce que le dégroupage de la boucle locale ?

La boucle locale est la partie du réseau allant de la prise téléphonique d’un client au répartiteur. Le support physique de la boucle locale est la paire de cuivre torsadée. Le dégroupage résulte d’une directive européenne. Elle exige des opérateurs historiques, détenteurs de la boucle locale, qu’ils proposent (contre rémunération) aux opérateurs tiers un accès direct aux clients au travers de la dite boucle. Cette exigence se matérialise par la fourniture de paires de cuivre nues sur lesquelles l’opérateur tiers vient brancher ses propres équipements de transmission.

L’apparition des technologies DSL, séparant l’utilisation de fréquences basses pour la voix et de fréquences hautes pour les données, a introduit la notion de dégroupage partiel. L’opérateur tiers peut ne s’intéresser qu’à un seul des deux aspects. Dans la pratique, tous les cas de dégroupage partiel concernent les accès DSL. La voix reste dans le giron de l’opérateur historique, charge à lui de filtrer les fréquences hautes et de les fournir à l’opérateur tiers.

GIF - 9.3 ko

Où s’effectue le dégroupage ?

Il s’effectue dans le bâtiment du répartiteur. La cohabitation des équipements de l’opérateur historique avec ceux des ORT est une nécessité technique.

Chaque fois que c’est possible, ceux-ci sont installés dans une pièce proche du répartiteur qui leur est collectivement réservée. Un assouplissement des règles de cohabitation permet, lorsque les mètres carrés se font rares, de s’affranchir des salles spécifiques pour simplement faire cohabiter les équipements dans les mêmes salles.

Qu’est ce qu’un répartiteur ?

Le répartiteur est l’intersection entre la boucle locale et le cœur du réseau de l’opérateur. Il est l’élément clef d’un central téléphonique. Les câbles regroupant les paires de cuivres de la boucle locale pénètrent dans le épartiteur par une salle d’infra répartition.

En entrée du répartiteur, chacune des paires composant le câble est branchée sur une réglette verticale. Toutes les possibilités d’installations clientes existantes sont donc présentes. En sortie du répartiteur, on trouve Les réglettes horizontales. Elles représentent toutes les possibilités de connexions aux Unités de Raccordement d’Abonnés, aux SLAM ou aux filtres...

Cette matrice des possibles est matérialisée par les jarretières qui relient les réglettes verticales aux réglettes horizontales.

Qu’est ce qu’une Jarretière ?

Les jarretières sont de simples paires de cuivre torsadées, en général, de couleur rouge et blanche pour le téléphone et bleue et blanche pour les hauts débits. Elles matérialisent les contrats des clients en liant leur installation au cœur de réseau par le biais des réglettes. L’introduction du dégroupage ou des technologies DSL modifie le positionnement des jarretières, nécessitant des opérations manuelles...

Quelle est la frontière entre les opérateurs ?

L’opérateur historique amène les câbles des lignes dégroupées depuis son répartiteur jusqu’à une réglette verticale du répartiteur de l’ORT. Au delà de cette réglette commence le réseau de l’ORT...

Le coin du juriste

Le point de vue de l’Autorité de Régulation des Télécommunications France Télécom doit répondre favorablement aux demandes raisonnables d’accès émises par des opérateurs titulaires d’une autorisation délivrée en vertu de l’article L.33-1 du Code des Postes et Communications Electroniques. Cet accès est mis à diposition contre rémunération et doit se faire dans des conditions objectives, transparentes et non discriminatoires. France Télécom est tenue de publier une offre de référence, sur laquelle l’ART peut imposer des modifications en mettant France Télécom en demeure. Les opérateurs intéressés doivent alors signer une convention de droit privée avec France Télécom.